Le mot du doyen

Didier Van Peteghem
Docteur en Sciences Economiques
Doyen

Et si l’on s’interrogeait sur le sens à donner à sa vie ? Et si finalement la vie contenait plus de promesses que celles perçues en ces temps chagrins ?

Notre monde vit un temps de rupture… tant mieux il est alors à réinventer ! Et sans doute d’urgence. Ouvrons-le à l’espérance. Soyons créatifs pour l’imaginer autre. Plus juste et généreux, moins « carnivore » en énergie, moins marchandé. Plus tolérant.

Savoir porter un regard différent sur le monde et les hommes est au cœur de notre pédagogie.


Infiniment humain

Il nous faut apprendre à grandir au rythme lent et biologique de notre terre. Ouvrir évidemment les sciences et nos laboratoires aux révolutions, mais toujours précédées des indispensables questions sur le sens.

Aujourd’hui, le saut des sciences nous affranchirait de Dieu, nous affirme-t-on presque sans rire. Et certains de se rêver en hyperhumain. Mais ne faut-il pas que l’homme devienne plus homme tout simplement ?

Vivons avec amour, sinon nous sommes perdus…


Aimer, être et devenir…

Être étudiant, c’est vivre le temps des promesses. Celui de l’intensité naïve et des fièvres salvatrices. De la révélation à soi et de l’ouverture aux autres. Le temps des copains avant celui du nombril. Qui pourrait prétendre avoir oublié sa jeunesse et ses engagements ?

« L’adolescence comme l’enfance sont des forces vives qui ne meurent jamais »

Santiago Amigorena


Apprendre à apprendre

Accrochons l’international à nos semelles. Poussons le ciel plus loin. Et si l’on retrouvait du temps hors connexions ?

Réinterrogeons nos façons d’apprendre. Pourquoi ne se contenter que des seules connaissances ? Développons  les compétences. Le savoir-être permettra l’acquisition du  savoir-faire, d’évidence. Et puis, plaçons l’exigence au plus haut.

Saisissons l’alternance. L’entreprise se vit d’abord de l’intérieur. Tissons des écosystèmes d’où fuseront les innovations nées de rencontres improbables. Il y a tant de métiers non encore pensés qui demain nous occuperont. Et par l’art, sublimons notre part de soleil et de joie.

Bienvenue dans une faculté qui n’est peut-être
pas tout à fait comme les autres…

return-top-arrow